Emeline Guillaud

test-portrait-emeline5Danseuse amatrice captivée, elle croise, au travers de stages et trainings, les routes de Mathilde Monfreux, Jules Beckman, Laurent Chanel, Fanny Soriano, Veronique Gougat, Ali Salmi, Edwine Fournier, Archaos, Willy Dorner, David Zambrano, Ex Nihilo, Groupenfonction  ou encore Sharon Fridman.

Diplômée des Beaux-Arts, lors de son parcours, elle développe un travail plastique où le corps est au centre de ses réflexions en interrogeant la chute, la gravité et la disparition. (quelques images par ici)

En 2007, elle décide d’orienter son travail en direction des arts de la rue. À Marseille, elle insuffle les Facteurs d’amour (messagerie sentimentale théâtralisée) qui s’orchestrera en 2015 pour la septième année consécutive.

Machiniste et régisseuse, elle se glisse depuis 2008 à l’arrière du décor dans les théâtres et festivals, et aiguise ainsi son regard à travers les nombreuses rencontres et découvertes qu’elle y fait.

Elle intègre la troisième promotion de la FAIAR (Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue) en 2009 au cours de laquelle elle écrit sa première proposition en espace public, « Limite de discrétion«  (Chorégraphie pour une équipe de rugbymen et une danseuse volante.)

En 2011 elle fonde Malaxe pour porter cette création et celles à venir. Aujourd’hui, metteuse en espace et en corps, elle impulse « Entr(EUX)« , une nouvelle écriture qui s’oriente vers une recherche physique autour d’une installation de vêtements dans une portion de rue. Elle engage également une nouvelle recherche  »Mole«  avec Julien Degremont. Un projet laboratoire pour 2 individus et de la pâte (eau farine).

Parallèlement, elle collabore et entretient d’étroites relations artistiques avec Olivier Grossetête ainsi qu’avec les compagnies Détournement d’elles, Chamboul’tout, Post-scriptum, avec le collectif La Folie Kilomètre, le collectif Cancans, l’association Champs Libres, le Groupe Zur et plus récemment l’IPI…